Articles EN

muriel joie filtre3 330_dsc_3735Danse, joie, (r)évolution.

Aujourd’hui, danser et chanter sont devenus pour moi synonymes de joie. C’est aussi ce que je peux observer chez de plus en plus de danseurs quand leur danse s’offre à l’esprit de la joie. Les visages que je vois et les témoignages que j’entends dans les cercles de partages, après la danse, vont dans ce sens… c’est très clairement une reconnexion avec la joie de vivre…

Ce processus se fait sans effort.
Il peut prendre un peu de temps, le temps qui nous est nécessaire pour accueillir par exemple d’abords la colère et la tristesse, le temps qu’il nous faut pour s’autoriser à laisser faire le corps.
Et lorsqu’on offre son corps à la danse de la vie alors notre danse finit toujours par s’offrir à l’esprit de la joie.
Nous constatons alors à quel point la joie nourrit la vie.

 Lorsque nous retrouvons la joie, alors parfois nous réalisons que nous l’avions confondue depuis tant d’année avec le plaisir, celui-ci paraissant en comparaison soudainement insipide et insensé.
Parfois même, le choc est tel que nous fondons en sanglots, tant sont poignantes les retrouvailles avec cette source.
Car seule la joie peut apparaître sans cause aucune, sans raison, tant elle est un courant, une énergie, une onde.

 Celui qui est investi par la joie “sait” que cela “est” la joie.
Pourrait-on la décrire comme une sensation de bien-être, de plénitude et d’unité qui rayonne depuis la région du cœur ou du plexus solaire?
La joie est un sourire de tout notre être.
Elle est un grand “oui” à ce qui est.
Elle peut aussi bien s’exprimer par des larmes que par un gigantesque fou rire ou même par un cri primal.

Et si la joie véritable, celle la même qui émane spontanément sans cause apparente et sans objectif aucun, et si cette joie était la clé d’une potentielle transformation, voire d’une profonde (r)évolution pour l’humanité?
Et si nous disions oui à la joie?
Tout simplement parce que ce serait merveilleux!

 Le sentier vers la joie est en chacun de nous, il fait partie de notre nature première, peut-être même est-ce de là qu’on vient.
Il est de notre responsabilité de commencer à défricher ce sentier, et puis de le parcourir et même de l’arpenter, le plus régulièrement possible.
C’est alors que peut se former, parfois même très rapidement, un chemin, puis une véritable voie.
C’est la voie lumineuse vers l’unité, ou la voie du cœur, celle qui mène à l’amour véritable et à la compassion.

La joie est ce qui nous uni, elle est ce à quoi nous aspirons tous, au plus profond de notre coeur…

 Fabrice 🙂

“La véritable joie, c’est se réjouir de voir quelqu’un heureux. » (Mestre Luis Mendes)

“Dance creates a joy pouring forth from within, a deep sense of beauty, a state of ecstatic exhilaration. When dance becomes meditation, it flowers into love, and this flowering is a movement toward the divine.” (Hiah Park)

“En vérité, si vous retenez qu’il est primordial de se sentir bien en toute circonstance, alors vous aurez reçu le minimum nécessaire pour avoir une vie joyeuse et productive…” (Abraham)

Photo: Alexandra de Laminne

 


dance freedom_330Pourquoi je danse?

Vous avez peut-être eu le plaisir de voir un court métrage qui a circulé le mois dernier sur internet: “Why I dance… Pourquoi je danse…”. Ce film, commandé par le Conseil de l’Ontario au Canada pour promouvoir la danse chez nos amis d’outre-mer, arrive, à mon sens, comme un signe des temps: la danse connaît un essor sans précédent en Occident, elle sonne l’appel à incarner et à célébrer les nouvelles valeurs dont nous avons tant besoin…

“Why I dance… Pourquoi je danse…”: extraits choisis:
“Il n’y a rien de comparable à la danse…”, “ça me libére”, “ça me donne du courage”, “ça me rend heureux”, “ça me rend vivant”, “ça fait simplement partie de la vie”, “c’est un ressourcement”, “une guérison”, “je peux m’exprimer complètement, sans crainte du jugement des autres”, “danser, c’est parler autrement qu’avec des mots”, “sans la danse dans ma vie, je ne serais pas la même personne”, “c’est une si belle façon de partager ma joie avec les autres”, “danser est une des thérapies les plus abordables qui soit pour se libérer du stress”, “pour un moment, vous pouvez vous sentir complètement libre, léger, dans un monde de rire, de joie, un état qu’on ne connaît pas assez dans notre culture”, “tout le monde peut danser, peu importe que vous soyez jeune ou vieux, à partir du moment où vous avez un coeur qui bat…”

Pour (re)découvrir le film (6 min.), cliquez ici!

Fabrice.

 

medicine_dance 330La Danse, Chemin de Guérison (*)

Nous avons tous appris que bouger est essentiel pour la santé, et la danse, assurément, est bien plus que cela. 

Avez-vous remarqué que le mot émotion (e-motion) renvoie au mouvement? Que la nature même de l’émotion est d’être en mouvement, voire de nous mettre en mouvement, en danse, en vie, envie?
La danse est une ostéopathie naturelle et spontanée, qui permet au corps de libérer les multiples tensions apportées par la vie quotidienne.
Ainsi évacuée, cette somme de conflits intérieurs ne s’accumule plus dans le corps, ce qui nous permet d’éviter dans bien des cas la somatisation et donc la maladie.
La danse nous offre la possibilité d’exprimer nos non-dits, car danser, c’est donner la parole au corps.

La danse (dans “se”, dans soi) rassemble en notre cœur le corps, l’âme et l’Esprit, elle rassemble aussi entre eux les individus qui célèbrent la vie en dansant, elle nous relie, elle nous connecte (dansons! dans “on”!).

Sous bien des formes, cette pratique a toujours été présente chez les humains, aussi loin que nous mènent nos racines animales: laisser danser le corps, c’est laisser s’exprimer nos mémoires, des plus récentes aux plus anciennes. Tout peut être dansé: la terre ou le feu, l’animal ou le végétal, l’enfant ou le fou, aussi bien que l’invisible, comme le sentiment ou l’émotion.

La danse est une pratique complète et holistique, elle nous aligne, nous ouvre, et découvre nos potentiels. Elle permet la rencontre intime, avec soi, avec nos frères et nos sœurs aussi bien qu’avec avec notre environnement,…
Mais également et peut-être avant tout, danser nous met en relation avec ce qui nous dépasse, ce qui est mystérieux, avec cette partie de l’existence qui est “magique”.

Voilà pourquoi je perçois la danse comme une pratique de reliance, une pratique spirituelle et comme un véritable art de vivre. Voilà pourquoi je danse et voilà pourquoi je fais danser!

Alors,… mais c’est bien sûr: dansons!

Fabrice.

(*) C’était l’intitulé d’une conférence que donnait le Dr Edouard Van den bogaert a donné à Bruxelles, je ne saurais que trop vous recommander une rencontre avec cet homme, médecin et conférencier, passionnant (www.evidences.be).

L’illustration est de Susan Seddon Boulet.

 

louan ocan 330x248A quels besoins répondent la danse et le chant spontanés? 

“Fermer les yeux, entrer dans son corps, prendre conscience des sensations, émotions, tensions, inspirations, expirations.
Observer. Respirer. Accepter. Accueillir.

Etre présent à soi.
Descendre en soi.
Se détendre, respirer profondément, étirer muscles et ligaments.
Prendre conscience de son centre de gravité, ancrage dans la terre, équilibre, stabilité.
Sentir la base, naissance du mouvement, oscillation, balancement, spirale.
Ouvrir les yeux, respirer, prendre conscience de l’espace autours de soi.
Inviter chaque partie du corps au mouvement, à l’éveil, respirer dans la tête, les épaules, les coudes, les mains, la colonne dorsale, le torse, le ventre, le bassin, les genoux,… les pieds, oser un pas, puis un autre, se déplacer, souplement, suivre son rythme, se respecter.
Lâcher-prise, lâcher les prises, laisser faire le corps, l’accompagner, ne plus résister, découvrir le plaisir, la joie de ne plus retenir, de ne plus se retenir.
Aller à la rencontre de l’espace, oser la rencontre avec l’autre, revenir à soi, rester soi dans la rencontre.
S’abandonner à sa propre danse.
Oser un son. Vibrer. S’essayer. Trouver sa voix.
Se taire, écouter, se laisser submerger.
Harmoniser, s’harmoniser, naître à l’harmonie, naître à soi.
Chanter à l’unisson. Unir. S’unifier. Trouver sa voie.
Sourire, chanter, hurler, pleurer, râler, rire aux éclats.
Emotion, traction, propulsion, explosion, implosion. Circulation.
Mettre en mouvement les émotions et les mettre en sons.
Oser se danser, oser se chanter, oser se montrer.
Oser se donner et oser se recevoir.
Se laisser fasciner par nos capacités innées.

Oser être ce que l’on est,
En toute confiance,
Et s’ouvrir à l’abondance.

L’espace que j’ouvre pour vous permet cela et probablement d’autres choses encore à découvrir.
A condition bien sûr de vous l’autoriser d’abords à vous-même.
Chaque élan, chaque désir, chaque besoin que je m’autorise à exprimer, à réaliser, est source de libération. Libération d’une peur, d’une résistance, libération de l’énergie que je dépensais à résister contre mon désir, mon élan, mon besoin profond.
Un élan que je respecte est source de plaisir, de joie, et de transformation, car à l’instant où je m’autorise, à l’instant où je m’abandonne, je fais l’expérience d’une nouvelle partie de mon être.
Ces expériences vécues dans cet espace particulier, protégé, se transpose ensuite naturellement dans notre vie de tous les jours. C’est une liberté, une confiance retrouvée: nos actes et nos paroles résonnent comme notre danse et notre chant, en harmonie avec nos ressentis du moment, dans la plus grande souplesse et en toute fluidité.”

Fabrice.