A quels besoins répondent la danse et le chant spontanés?

« Fermer les yeux, entrer dans son corps, prendre conscience des sensations, émotions, tensions, inspirations, expirations.
Observer. Respirer. Accepter. Accueillir.

Etre présent à soi.
Descendre en soi.
Se détendre, respirer profondément, étirer muscles et ligaments.
Prendre conscience de son centre de gravité, ancrage dans la terre, équilibre, stabilité.
Sentir la base, naissance du mouvement, oscillation, balancement, spirale.
Ouvrir les yeux, respirer, prendre conscience de l’espace autours de soi.
Inviter chaque partie du corps au mouvement, à l’éveil, respirer dans la tête, les épaules, les coudes, les mains, la colonne dorsale, le torse, le ventre, le bassin, les genoux,… les pieds, oser un pas, puis un autre, se déplacer, souplement, suivre son rythme, se respecter.
Lâcher-prise, lâcher les prises, laisser faire le corps, l’accompagner, ne plus résister, découvrir le plaisir, la joie de ne plus retenir, de ne plus se retenir.
Aller à la rencontre de l’espace, oser la rencontre avec l’autre, revenir à soi, rester soi dans la rencontre.
S’abandonner à sa propre danse.
Oser un son. Vibrer. S’essayer. Trouver sa voix.
Se taire, écouter, se laisser submerger.
Harmoniser, s’harmoniser, naître à l’harmonie, naître à soi.
Chanter à l’unisson. Unir. S’unifier. Trouver sa voie.
Sourire, chanter, hurler, pleurer, râler, rire aux éclats.
Emotion, traction, propulsion, explosion, implosion. Circulation.
Mettre en mouvement les émotions et les mettre en sons.
Oser se danser, oser se chanter, oser se montrer.
Oser se donner et oser se recevoir.
Se laisser fasciner par nos capacités innées.

Oser être ce que l’on est,
En toute confiance,
Et s’ouvrir à l’abondance.

L’espace que j’ouvre pour vous permet cela et probablement d’autres choses encore à découvrir.
A condition bien sûr de vous l’autoriser d’abords à vous-même.
Chaque élan, chaque désir, chaque besoin que je m’autorise à exprimer, à réaliser, est source de libération. Libération d’une peur, d’une résistance, libération de l’énergie que je dépensais à résister contre mon désir, mon élan, mon besoin profond.

Un élan que je respecte est source de plaisir, de joie, et de transformation, car à l’instant où je m’autorise, à l’instant où je m’abandonne, je fais l’expérience d’une nouvelle partie de mon être.
Ces expériences vécues dans cet espace particulier, protégé, se transpose ensuite naturellement dans notre vie de tous les jours. C’est une liberté, une confiance retrouvée: nos actes et nos paroles résonnent comme notre danse et notre chant, en harmonie avec nos ressentis du moment, dans la plus grande souplesse et en toute fluidité. »

Fabrice.